J’écris trois pages, puis je les efface le lendemain ; enfin je réécris les mêmes trois pages avec plus de chaleur et de bonheur pour le personnage qui ne voit pas où son monde va. Comme ça, je vis deux déclinaisons impossibles d’un autre Moi. 

Publicités