De ce vide que je me suis créé, il y a une pure abstraction qui coule : le chronossino. Cette obsession se cristallisa après ma première chimiothérapie. Si je suis encore là, pensais-je, c’est qu’une raison supérieure me retient, donc ce plaisir de découvrir la vraie nature du Temps. Et c’est là que la Vie et le Roman se mélangent à l’infini. Je ne suis pas le premier, bien évidemment, peut-être pas le dernier.

Publicités