L’absolu de l’existence exige de se perde dans l’éphémère de l’argent et de l’ennui. Il m’est donc interdit la question subsidiaire d’une moralité de la pauvreté. Est-ce plus moral de travailler et rester pauvre ou ne rien faire en augmentant sans cesse sa richesse ? Bizarre ce monde capitaliste où l’esclavagisme par la force extraordinaire de l’adaptation aux lois libératrices. « Non, l’homme n’était jamais bon pour l’homme », nous informe la belle Littérature. C’est de la Philosophie qu’Aristoclès voulait tirer des lois, mais il n’avait que des problèmes à cause de son manque de courage. Loin du Paradis, aujourd’hui nous vivons l’époque grave à cause d’un énorme manque de la Poésie.

Publicités