Et hop ! « Tu es aussi bonne que ta mère », caressai-je la Rêverie pour ne pas me séparer de la Poésie. Décidément le Théâtre peut tout, c’est pour cette raison qu’à Cachan ils bâtissent encore un plus grand. En jouant le comédien, je reste le Poète de big-rhyme premier, moi le petit paysan abandonné. Toute la littérature de ma triste vie n’est qu’une réponse à mes parents indéfinis.

Publicités