Devant le laboratoire de l’analyse médicale, j’attends le printemps, c’est-à-dire je contemple le calme des arbres. Ni armes, ni explosifs, ni bombardiers, ils n’ont rien. Ils s’endorment de leur façon insoupçonnable pour pouvoir nous retrouver au retour de la chaleur. L’animal est une personne, disent les écologistes, et les arbres ? Plus nombreux que nous tous réunis sur cette Terre, ils peuvent changer et ils changent notre bonheur dans nos mystères. Si dans un Roman, par exemple, un arbre se transforme en un personnage, que peut-il nous dire? Que dans le vrai, l’humanité dépose et détruit ses armes pour admirer la Paix.

Publicités