Les souvenirs de l’abstrait, cette lourdeur dans le corps et l’âme d’un rêve. Je me dis « pourquoi » avant un nouveau chapitre, mais le personnage principal résiste. Alors je prends la musique, je réchauffe le café, j’imagine la salle de bain, etc. On est comme on est, inutile par l’écriture. Il faut donner plus, se sacrifier tel que Jésus pour pouvoir aimer l’humanité ? Et pourtant je crois en ma seule ambition de ne pas avoir des ambitions.

Publicités