C’est quand on n’a vraiment rien à dire que l’écrivain se donne mieux. La pensée plonge dans les histoires invisibles, et l’esprit sort le parfait mélange des destins. De ce fait, l’intrigue reprend son pouvoir. À l’intérieur de ce monde imaginaire, les personnages acceptent leur devoir d’exister en guidant l’écrivain égaré.

Publicités