Quelque chose a changé dans ma manière d’écrire. Tout ce confort offert par les ordinateurs et l’internet, cela devient gênant parfois, la pensée s’égare entre des sites inutiles et la parole virtuelle. Je suis obligé de sortir dans le jardin pour me sentir comme à mes débuts : la forêt, les prés, la pluie, le soleil, le paradis…

Publicités